Aalto vs Pingusson : deux styles opposés, à découvrir à la Cité de l’Architecture & du Patrimoine

En ce moment, deux grandes pointures de l’architecture du XXème siècle se donnent à voir à Paris. Deux grands créatifs qui firent beaucoup évoluer la construction de leur temps, en plaçant l’homme au cœur de l’espace. Deux génies, qui chacun à leur manière et chacun dans leur domaine, contribuèrent à révéler plusieurs facettes du modernisme ambiant et à inspirer de nombreuses générations d’architectes.

Alvar Aalto : un Design organique intemporel

Alvar Aalto - Maquette d'habitation Alvar Aalto - Scénographie de l'exposition à la Cité de l'Architecture

Aalto, c’est certainement pour beaucoup LA référence scandinave par excellence. Sensible à l’environnement dans lequel il puise toute son inspiration, son oeuvre rend un perpétuel hommage à la Nature. Il reprend librement les lignes de ce qui l’entoure, pour concevoir des espaces emprunts de lumière et de confort. Il ne peut concevoir un projet sans l’insérer harmonieusement dans son environnement. En cela, on relie souvent sa démarche à celle de Franck Lloyd Wright. C’est aussi lui qui donnera l’élan à ce design scandinave qui nous séduit depuis de nombreuses années.

Avec l’exposition, on plonge dans le processus créatif de l’artiste, à travers croquis, maquettes, matériaux et surtout, bon nombre de prototypes. La quintessence de son art révélé dans un objet : le Vase Savoy, ou Vase Aalto. Cet objet anodin, simple contenant pour végétal, prend toute sa dimension artistique aux vues de ces courbes.

Georges-Henri Pingusson : Vision et Précision

Georges-Henri Pingusson - Perspective d'un projet d'habitation individuelleIl est pour sûr moins médiatisé que son ami Le Corbusier. Et pourtant, Pingusson a tout aussi bien marqué son temps, et inspiré des générations entières de jeunes architectes. C’est l’une des dernières figures charismatiques du mouvement moderne français, au sortir de la première moitié du XXème siècle. L’architecte s’investit corps et âme dans divers projets variés. On retiendra de lui l’hôtel Latitude 43 à Saint-Tropez, ainsi que le Mémorial des Martyrs de la Déportation à Paris. Ce dernier, situé sur la pointe est de l’île de la Cité, offre une expérience sensorielle et méditative exceptionnelle. On ne pouvait proposer mieux pour exprimer la douleur et la tristesse de ce lieu, qu’à travers la sobriété et le retranchement induit par la circulation.

Georges-Henri Pingusson - Scénographie de l'exposition à la Cité de l'Architecture

Pingusson m’a surprise par la variété de ses projets et par l’attachement à son art. Il m’est apparu comme habité par l’architecture et dévoué à son prochain, notamment avec de nombreux projets de reconstruction d’après-guerre.

La Courbe vs le Trait

Je dois avouer que je découvrais ces deux architectes. Les expositions en elles-mêmes donnent assez à voir pour comprendre la démarche de chacun. Aalto s’inscrit dans un courant organique, où l’homme est comme enveloppé par l’environnement. Pingusson, lui, propose une architecture plus radicale, mais tout aussi sinon plus, au service de la communauté.

Alvar Aalto - Mobiliers et objets iconiques

Contre toute attente, malgré la fluidité et l’importance des détails visibles dans le travail d’Aalto, j’ai été plus séduite par le style et les projets de Pingusson à ma sortie de l’exposition (j’ai sans doute été plus sensible à cette scénographie). J’ai découvert un trait franc et déterminé au fil des innombrables croquis exposés. Une aisance dans le dessin et une justesse dans les proportions. Son approche de l’architecture est concrète, et sert une fonction sans desservir l’esthétique. Simplement en regardant le travail de Pingusson, on ressent toute l’influence du Bauhaus dans ses lignes. J’aime cette efficacité dans le projet. Aller à l’essentiel sans perdre de vue qui l’on tente de satisfaire : avant tout, l’humain qui habitera les lieux.

 

En explorant toute l’oeuvre de ces architectes, je ne peux m’empêcher de réviser mon opinion. Aalto a un rapport à la Nature qui me touche beaucoup plus et vers lequel je tend. Je reste cependant captivée par les rendus graphiques de Pingusson. Mais libre à chacun de se faire sa propre opinion d’ici le début de l’été…

“Alvar Aalto. Architecte et Designer” Exposition, Cité de l’Architecture & du Patrimoine, Paris

Du 9 mars au 1er juillet 2018

“Georges-Henri Pingusson (1894-1978) Une voix singulière du mouvement moderne” Exposition, Cité de l’Architecture & du Patrimoine, Paris

Du 16 février au 2 juillet 2018

La parole est à vous