2019 : L’heure du bilan

Une année chahutée qu’il aura fallu apprivoiser.

Une année qui m’en aura fait voir de toutes les couleurs (avec un peu trop de noir à mon goût…). Difficile de démarrer une activité seule quand on n’a jamais entrepris, c’est un peu comme se lancer dans une expédition en catamaran, être à la barre face à l’immensité de l’océan… et n’avoir jamais navigué (oh eh oh ehhhhhh). 😂 Retour (en chanson) sur ces 12 mois intenses, truffés de petits conseils et de grandes émotions.

2019 : Nouvelle année, nouveaux challenges ! Je n’ai pas d’autres choix que de faire décoller mon activité. Pour cela, je mise sur la communication et la construction d’un réseau professionnel solide dès les premiers mois. Le reste suivra…

Une présence sur les réseaux sociaux

Cela prend du temps de définir une stratégie de communication et de construire l’image que l’on souhaite véhiculer, en jonglant avec toutes les déformations auxquelles on s’expose sur les réseaux. J’aime l’aspect “communication” de mon travail, et je ne peux pas encore le déléguer. Je me fixe donc des objectifs (avec le recul, certainement trop flous) de création de contenu et je définis un rythme de publication (à savoir trois posts par semaine, un article de blog par mois et quatre planches d’inspirations par an), que j’ai beaucoup de mal à tenir surtout en fin d’année. La faute à quoi ?

Je pointe du doigt en premier lieu mon défaut d’organisation. Je parle de “défaut” car je me considère comme quelqu’un d’organisée, toujours dans l’anticipation. Mais ces derniers mois, il a fallu complètement revoir son quotidien, trouver son propre rythme de travail et chercher l’équilibre entre vie pro et perso. Je vais peut-être vous décevoir, mais je cherche encore… C’est d’ailleurs un de mes objectifs pour 2020 : me rapprocher de mon rythme idéal. En deuxième lieu, j’ai revu mes priorités quand les projets se sont présentés, en me rappelant que je ne suis pas Community Manager, mais bien Architecte d’Intérieur. Et puis le quotidien est devenu vraiment plus stimulant dans la réalité que sur les écrans, alors…

Je suis tout de même très satisfaite de ce que j’ai pu produire. J’ai atteint une notoriété “sociale” qui me convient, que je vais développer en 2020 (avec un peu plus de rigueur). J’ai d’ailleurs pu réaliser mes premiers partenariats sur Instagram et m’essayer au podcast ! C’était un exercice ultra agréable que j’aimerais beaucoup réitérer. Bref, en passionnée et grande curieuse, je ne compte pas m’arrêter là.

Optimiser son réseau business

LE conseil que je donne à chaque futur entrepreneur que je rencontre : “Entoure-toi des bonnes personnes. Celles qui partagent tes valeurs et qui te feront grandir.” Mais j’aime le coupler également avec celui-ci : “Fais parler de toi ! Va à la rencontre d’un maximum de personnes pour te créer des opportunités. Si personne ne te connaît, aucun client ne viendra à toi.”

C’est avec beaucoup de timidité et un syndrome de l’imposteur surdimensionné (depuis je vais mieux, merci), que j’ai intégré plusieurs réseaux bordelais. Je retiendrai que sans l’énergie motrice qui a finalement été la plus forte en début d’année, je n’aurais pas fais la moitié du chemin que j’ai réalisé. J’ai commencé là où mon niveau financier me permettait d’aller. J’ai intégré le Club des Entreprises de Bordeaux, où j’y ai fait de jolies rencontres professionnelles, la plupart axées autour du développement durable. Une rencontre en a amené une deuxième (et ainsi de suite), en mettant un premier pied dans l’Union Nationale des Architectes d’Intérieurs, Désigners, un réseau que je compte rejoindre courant 2020 pour me faire accompagner dans mon métier et obtenir une reconnaissance professionnelle. Avec l’application Shapr, j’ai rencontré plusieurs entrepreneures en devenir, avec qui j’ai partagé mes doutes et mes victoires (coucou Estelle 👋🏼 coucou Nina 👋🏼). C’est un vrai bonheur de les voir évoluer et prendre leur envol vers le succès.

La communauté Livementor m’a aussi permis de faire de chouettes rencontres, plus dans une optique de “vidage de sac” et de “partage de bons plans”. J’ai arpenté pas mal de petits déjeuner BNI pour étoffer mon réseau de professionnels et pour accentuer ma visibilité sur le territoire. Je suis séduite par la rigueur et l’efficacité de ce réseau, et je pense rejoindre un groupe d’ici les prochaines années. J’ai passé de très beaux moments, riche de rencontres et d’énergie, avec les Businesswomen décalées de Réseau +. Leur RDV du lundi matin permet de démarrer la semaine avec la pêche ! J’ai aussi bu pas mal de coupes de champagnes (j’ai perdu le compte 🤭) lors d’afterworks. Parfois, je repartais bredouille… et parfois je repartais en ayant laisser quelques cartes et pris quelques contacts. Le conseil pour que ce temps de prospection soit bien exploité, c’est d’y aller en duo avec une personne qui est dans la même dynamique que vous. Vous vous sentirez plus à l’aise et il sera plus facile d’aller vers les autres, car vous aurez votre allié comme soutien (ou comme porte de sortie…).

Des réseaux, il y en a pleins, et c’est en les testant que l’on peut trouver chaussure à son pied. Celui qui m’a plus plus porté au cours de cette année, c’est mon Cercle Bouge Ta Boîte – Grand Théâtre. Basé sur l’entraide, la bienveillance et la sororité, ce réseau business féminin composé de cheffes d’entreprises toutes plus épatantes les unes que les autres m’aura énormément apporté. Au fil des mois, je suis sortie de mon isolement quotidien. Je me suis sentie légitime, à ma place et bien entourée. J’ai énormément appris au contact de ces femmes qui m’ont montré comment construire un Business Plan, comment gérer le stress, comment maîtriser les Relations Presse, etc… Nous avons puiser la force en nous d’organiser des événements de A à Z qui ont rencontré succès et résonance (je pense aux We Days en Nouvelle Aquitaine). Sans elles et sans les opportunités de travail qu’elles m’ont donné, je n’en serais pas là aujourd’hui et c’est pourquoi je leur adresse un énorme MERCI 🙏🏼

En 2020, j’aimerais beaucoup tester le format Ted’x et glaner d’autres conférences inspirantes. Si vous avez des recommandations, lâchez-vous en commentaires 😉

Se créer des opportunités

En avril 2019, j’ai fais deux rencontres déterminantes qui ont influencé mon année.

La première, une rencontre avec un architecte DPLG, fraîchement installé sur Bordeaux, qui m’a confié quelques missions de décoration intérieure. L’occasion pour moi d’apprendre davantage sur l’aspect technique et administratif du métier.  Parfois intimidée devant son expertise, nos RDV sont toujours très enrichissants et basés sur l’échange de compétences. Je lui dois beaucoup et je continue de travailler avec lui, car je le considère comme un mentor. Une belle rencontre que j’ai littéralement provoqué. J’ai récupéré son contact lors d’un afterwork (où il était inscrit mais absent) et je lui ai proposé un café (comme quoi…osez !). Mon envie pour 2020 serait d’ancrer un partenariat pérenne avec cette personne.

La deuxième rencontre a eu lieu totalement par hasard, sous l’impulsion de la curiosité (OSEZ ! bon sang !). À la table d’un café, j’ai entendu mon voisin parler de “chantier”. Je l’ai donc abordé en lui demandant ce qu’il faisait comme métier. Il s’avérait que cette personne démarrait une activité de menuiserie au sein d’un collectif d’artisans, Les 5 Bois de la Main. Nous nous sommes revus plusieurs fois pour parler “travail”, quand contre toute attente, il me confie avoir un projet d’envergure : la création d’un tiers-lieu proposant une offre d’hébergement alternative aux Bordelais. Ce projet s’inscrit dans une logique de développement durable, avec une forte dimension sociale. Je me suis donc retrouvée associée à ce projet qui défend de nombreuses valeurs dans lesquelles je me retrouve. Nous sommes aujourd’hui en phase de prospection afin de donner de la visibilité à notre initiative. À la recherche de soutien moral et financier, à l’affût des opportunités. Mon activité me laisse désormais moins de temps à consacrer à ce projet, mais nous restons convaincus de sa nécessité. De mon côté, je fais mes armes pour qu’un jour nous puissions faire un grand pas en avant.

De jolies rencontres, il y a en eu d’autres, c’est certain. Autant du point de vue personnel que professionnel. Difficile pour moi de les “lister” ici, mais elles savent toutes à quel point je leur suis reconnaissante d’avoir croisé mon chemin.

Le passage à vide…

Au printemps 2019, malgré toute mon implication, les retours sur investissement prennent du temps à se mettre en place. Consciente que cette aventure entrepreneuriale avance au bon rythme, ni trop vite, ni pas assez, je ressens malgré tout quotidiennement l’angoisse de la défaite et la peur de l’échec. Ma deadline financière est pour août 2019 et je dois atteindre l’indépendance à cette date, ou bien tout ce que j’aurais construit jusqu’à présent s’écroulera comme un château de cartes. Je travaille bien sur quelques petits projets mais mes nuits sont truffées d’insomnies et de crises de larmes. Ce caillou dans la poitrine ne me quitte plus. Il me faut trois heures pour sortir du lit au matin, temps nécessaire pour rassembler mon courage et affronter une nouvelle journée qui (je le pense alors) ne m’apporte rien.

Dans ces gros moments de doutes, soit vous abandonnez, soit vous révélez à vous-même votre nature combative. Même s’il m’est arrivé de vouloir arrêter, à chaque fois l’envie de continuer a été la plus forte. Je ne voyais tout simplement pas quoi faire d’autre. Il fallait faire un pas après l’autre, car il était exclu de capituler et de revenir en arrière. Sans le soutien infaillible de mon conjoint, qui a eu la patience de m’écouter, de me remonter le moral et qui a toujours cru en moi, je pense que j’aurais pu craquer. Parfois je n’en étais pas si loin, mais il m’a toujours tenu la main. Avec le temps, j’ai apprivoisé ces moments difficiles. Quand ils se présentent, je les accueille et les maîtrise comme je peux et en fais le deuil de plus en plus vite. Ces périodes noires, ces “montagnes russes” comme on les appelle, associées à la vie d’entrepreneur, je souhaite ne plus jamais les revivre avec cette intensité. En revanche, les petits coups de stress PONCTUELS restent bons à prendre, car si on prend le recul nécessaire, ils permettent de se remettre en question pour avancer.

Les beaux jours et au loin, l’été

L’effervescence de la vie reprend ses droits, avec la végétation qui se réveille et les jours qui rallongent. Côté boulot, ce qui était en cours suit tranquillement sa croissance, et les graines plantées en hiver commencent à bourgeonner. C’est une période propice aux rencontres et au développement de son réseau. De nouvelles idées se bousculent dans ma tête.

Tout mon travail de communication porte ses fruits : je suis sollicitée pour concevoir un projet de rénovation de grande envergure, autour d’un concept store vegan. Le client a une vraie sensibilité environnementale et nous cherchons des alternatives à la rénovation classique. Le temps joue contre nous car nous devons ré-ouvrir le commerce aussi vite que possible, sacrifiant au passage quelques belles idées. Nous nous focalisons sur l’essentiel et nous apportons une vraie valeur ajoutée au lieu, qui était tout biscornu. Ce projet est enrichissant aussi bien artistiquement qu’humainement. En effet, je garde un très bon contact avec ce client, puisque nous avons des intérêts commun pour l’immobilier (je vous en parle un peu plus loin).

J’ose prendre mes premiers jours de “repos” (à utiliser avec des pincettes, car quand la culpabilité s’invite, on ne peut pas vraiment appeler cela des vacances). Je comprends également que se dessinent au cours de l’année des périodes de fortes et faibles activités. Inutile donc de tirer sur la corde. Autant prendre stratégiquement un peu de repos quand tout tourne au ralenti en France.

Accélération automnale : comment gérer ?

Le voila, le vrai saut dans le vide ! J’ai pris mon élan pendant 12 mois et à la fin de l’été, j’ai sauté au-dessus de la falaise. Est-ce que mon parachute va s’ouvrir ou pas ? Le destin a fait que les étoiles se sont alignés à ce moment-là.  🌟😉🌟

Plusieurs projets se présentent, toutes tailles et problématiques confondues. Et ça, c’est très stimulant. Le stress de ne pas y arriver laisse place au stress de “comment y arriver ?”. La charge de travail s’alourdit, pour mon plus grand bonheur, mais il faut désormais repenser son quotidien pour l’optimiser au maximum. Voici quelques pistes pour lesquelles je cherche encore des améliorations (mes solutions en italique) :

  • Comment optimiser mes temps de transports ? très relatif cet hiver, mais minimum 1h par jour cet été et principalement à vélo, j’ai opté pour une oreillette Bluetooth pour passer mes appels
  • Comment ne pas courir partout entre chaque RDV ? je cherche encore, avec l’envie de centraliser mes RDV (je n’ai pas de bureau ouvert au public) ou de les condenser sur certains jours de la semaine
  • Quels axes/actions prioriser ? pendant un an, j’ai checké la moindre minute passée sur chaque action afin de savoir qu’est-ce qui a fonctionné et si je n’ai pas attribué trop de temps à certains projets. Prochaine étape : savoir refuser
  • Comment acquérir plus de rigueur ? j’ai encore du mal à démarrer le matin, peut-être qu’il y quelque chose à améliorer niveau Mindset
  • Comment optimiser ma communication sans que cela me prenne trop de temps ? essayer de nouveaux outils ? se former à la création de contenu avec Julia ?
  • Déléguer, mais à qui et comment ? est-ce qu’en 2020 j’aurais un budget à attribuer à cette dépense ? est-ce que je pourrais accueillir un stagiaire en Design d’Espace ou en Communication ? 
  • Et la prospection dans tout ça ? la prospection pure et dure ne me convient pas (téléphonique, email…) et j’aimerais que mes futurs clients viennent à moi soit via mon site, soit via mon réseau
  • Comment se garder aussi du temps pour soi ou pour développer des Side Projects ? trouver l’équilibre : planifier soigneusement des temps de sport, de détente au milieu d’un agenda rempli d’afterworks et de conférences.
  • Comment ne pas sacrifier son alimentation, sans passer trop de temps en cuisine ? j’ai LA solution et elle porte un nom : le Batch Cooking. 1h à 2h consacrées le dimanche à la préparation des repas de la semaine = alimentation contrôlée, budget maîtrisé et temps gagné en semaine👍

Vous l’aurez compris, un chef d’entreprise a bien conscience que l’optimisation de son temps, c’est la clé. Si vous avez des mentors ou des lectures à me conseiller, je suis preneuse ! Miser sur soi et sur ses connaissances est la meilleure des stratégies.

Tenir le dur rythme de l’hiver

Le manque de soleil a instantanément des effets néfastes sur moi. Je fais partie de celles qui ont carrément investi dans une lampe le luminothérapie pour pouvoir survivre 😎. Ces deux derniers mois, j’ai été emporté par le flux des projets et des nouvelles opportunités. J’ai tout saisi car je me voyais mal refuser. J’ai tenu bon, malgré une santé qui se fragilisait, jusqu’aux fêtes de Noël. Ensuite, j’ai vraiment fait une coupure et pris conscience que pour tenir sur la durée, il fallait ralentir.

Tout d’abord, il y a eu le Salon Cocoon à Bordeaux. J’ai été sollicitée pour participer aux coachings proposés gratuitement aux particuliers. Cela m’a permis de renouer avec ce qui me motivait vraiment, à savoir le conseil que je peux apporter aux gens afin qu’ils se sentent mieux chez eux. J’y ai fait la rencontre de potentiels clients, mais j’ai surtout passé une journée riche en émotions positives. Et cela m’a fait beaucoup de bien.

Enfin, roulement de tambour pour cette fantastique opportunité qui est apparue en fin d’année. Une nouvelle corde à mon arc que je vais développer à fond ! Mon cercle Bouge Ta Boîte m’a permis de faire la rencontre de Lara, Chasseuse Immobilière et Directrice de l’agence Home Like Home Bordeaux. Nos affinités pour l’immobilier (au-delà du fait que c’est une femme tellement attachante) nous ont encouragés à travailler ensemble sur des projets bien spécifiques d’investissements locatifs. Je viens de mettre les pieds dans un domaine qui me passionne, et duquel j’ai l’impression d’avoir perçu seulement 10%. Du coup, je me forme à la rentabilité, à la fiscalité et à la recherche pour dénicher des pépites. Je consolide mon réseau de partenaires afin de faire évoluer mon activité vers des prestations “clé en main” pour investisseurs. Un travail qui demandera beaucoup d’engagement mais qui me pousse à réorienter ma trajectoire en 2020.

Voila !

Il m’aura fallu 8h 34min et 16sec pour rédiger ces deux articles : bilan 2019 et objectifs 2020. Mais je suis très contente d’avoir pris ce temps à l’heure où tout va trop vite. Je me sens désormais sereine et prête pour “en découdre” ! #baptistelecaplain 😂 et j’espère que cette lecture vous aura donné quelques astuces et orientations utiles. Merci de m’avoir lu et d’être encore là. Merci de me soutenir comme vous le faites dans ma démarche.

Crédit photo : Manon Leprévost

One reply on “ 2019 : L’heure du bilan ”

La parole est à vous